B35-18

CHU - Tours 1 & 2

Quartier HOPITAL quartier hopital-carré

Avenue de l'Hôpital, 1
4000 Liège

 

* En projet à partir de 1962, le Centre hospitalier universitaire (CHU) du Sart-Tilman est considéré par un grand nombre de critiques comme l'oeuvre majeure de Charles Vandenhove.
B35-11Les installations historiques du site de Bavière en Outremeuse dans le centre-ville ne pouvant plus répondre aux besoins de l'Université, cette dernière passe commande de la conception d'une infrastructure capable d'accueillir mille cent lits et tous les services nécessaires à une médecine de haute technologie, ainsi qu'à la recherche et l'enseignement universitaires.
L'architecte élabore un plan-masse qui exploite tant les avantages d'un hôpital pavillonaire - séparant les malades suivant le type de pathologie - que ceux d'une concetion monobloc, bien adaptée aux impératifs d'une gestion pratique.

* Sur une structure centrale en forme de pyramide tronquée qui délivre la majorité des accès, il articule cinq tours indépendants reprenant un plan carré qui permet de réduire les déplacements internes et de reporter en périphérie, à la lumière du jour, les chambres des patients ainsi que les aires de détente.
B35-17Déjà appliqué dans la construction des Laboratoires de recherche et d'enseignement de Louvain-la-Neuse (1972), son principe constructif repose sur l'emploi majoritaire du béton préfabriqué; sa mise en oeuvre sur une trame modulaire de 7,20 x 7,20 m permet de créer des plate-formes cloisonnables selon une grande variété de combinaisons aisément modifiables, une souplesse encore renforcée par la localisation d'un niveau technique entre chaque étage, ce qui facilite les interventions sans interrompre l'activité du site. 

* La grande verrière qui éclaire le bloc central constitue un véritable morceau de bravoure; elle a, à ce titre, été classée comme monument en 1994. il s'agissait, pour les promoteurs du CHU du Sart-Tilman, d'humaniser l'hôpital. Vandenhove a traduit cette volonté dans son souci permanent de qualité jusque dans les moindres finitions. Il a, en outre, suscité l'intégration d'oeuvres en sollicitant de nombreux artistes pour concevoir des compositions à inscrire sur les lambris en tôles émaillées qui protègent le bas des murs intérieurs.  

Niele Toroni (°1937), 1978-1985, sérigraphie sur panneaux d’acier émaillé

B35-10Occupant une place de choix dans la verrière d’accueil, l’artiste suisse Niele Toroni, qui revendique le degré zéro de la peinture, propose un alignement de taches rouges sur les escalators centraux.
Dans l’ensemble de son œuvre, il applique de manière systématique des empreintes de pinceau n° 50 espacées de 30 centimètres sur une surface blanche.
Son travail personnel est indissociable de celui mené pour le groupe B.M.P.T., du noms de ses membres : Daniel Buren (°1938), Olivier Mosset (°1944), Michel Parmentier (1938-2000) et Niele Toroni.
Dans une démarche minimaliste poussée à l’extrême, ce groupe présente en 1966 et 1967 plusieurs manifestations marquant son refus de communiquer le moindre message ou la moindre émotion.
Chaque artiste se caractérise par la répétition d’un même motif.

 

CHU-BlocsBien qu'ancienne, la photo ci-contre permet de situer les 5 tours du CHU et les différents numéros de bâtiment qui y sont liés.

 

* Source: Pierre Henrion, Guide architecture moderne et contemporaine 1985-2014 - Liège, 2014      

Building nearby :

Services, departments, centers in this building: